Où suis-je ? : > Paroles d’entrepreneurs > Bryann Vincenzi, bénéficiaire du programme Atouts Apprentissage

Bryann Vincenzi, bénéficiaire du programme Atouts Apprentissage

Bryann VicenziBRYANN VICENZI : “IL NE NOUS RESTAIT PLUS QU’À SIGNER”

Grâce au dispositif “Apprentissage”, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat oriente les chefs d’entreprise vers des apprentis, afin d’impulser leur essor. La société Climair l’a testé et les retombées sont plutôt positives.

Pouvez-vous nous dresser, dans les grandes lignes, l’historique de Climair, société d’installation d’équipements thermiques et de climatisation ?
Bryann Vicenzi : Notre entreprise, qui compte dix salariés, localisée à Cran Gevrier près d’Annecy, a été créée en 2000. À l’origine, c’était l’antenne d’une structure grenobloise dédiée au génie climatique, à savoir la plomberie, le chauffage, les sanitaires, qui a fait faillite en 2003. Climair a subsisté grâce au rachat des parts par mon directeur, pour être finalement vendue en 2007, suite à son départ à la retraite. Puis, nous avons été rachetés par un groupe grenoblois et en 2012 par le groupe Getherm, regroupant six entités couvrant le sud-est de la France.

Comment s’est déroulée la prise de contact avec la Chambre de Métiers et de l’Artisanat ?
BV : Sébastien, un jeune homme, s’est présenté spontanément à nous, pour nous présenter son projet professionnel, dans l’espoir d’une embauche en contrat d’apprentissage. Nous avons répondu favorablement à sa demande. Il m’a de nouveau rencontré avec un représentant de la Chambre de Métiers.

Que vous a-t-elle concrètement proposé ?
BV : L’interlocuteur de la Chambre de Métiers m’a expliqué le but de cette formation, le type de poste qu’on pouvait lui confier. Il s’agissait d’une filière nouvellement créée, proposée par l’I.U.T. : GAMA QLIO (Gestion Appliquée aux Métiers de l’Artisanat -Qualité, Logistique Industrielle et Organisation), dont l’objet était la gestion/reprise d’entreprise, permettant d’être apte à reprendre la structure d’un artisan en fin de carrière et ce, pour tout type d’activité. La Chambre de Métiers a été l’intermédiaire entre notre entreprise et l’I.U.T., en réalisant l’ensemble des démarches administratives et la mise en place du contrat.

Pendant combien de temps avez-vous été en relation ?
BV : Nous avons été en contact de juillet à septembre 2012. Nous nous sommes vus à trois reprises : pour la présentation du contrat, sa préparation et sa finalisation.

Quelle est la durée de ce contrat d’apprentissage ?
BV : Il s’agit d’un contrat de deux ans, allant de septembre 2012 à octobre 2014. À l’échéance, si chacune des parties est satisfaite et c’est le cas actuellement, Sébastien aura sa place parmi nous.

Par la suite, pensez-vous à nouveau solliciter la Chambre de Métiers et de l’Artisanat ?
BV : Oui, si besoin, ayant apprécié le partenariat mis en place qui a été une totale réussite. Cela peut être une solution pour nous qui sommes souvent à la recherche d’apprentis préparant des CAP ou des BEP. Auparavant, nous travaillions avec un autre organisme pour l’embauche d’apprentis, nous avons dû arrêter, faute de formateurs au sein de la structure.

Vous avez dit que cette nouvelle filière, GAMA QLIO, avait pour but la reprise d’entreprise. Cela signifie-t-il, à terme, que Sébastien reprendra la vôtre ?
BV : Non, certainement pas, surtout s’il reste chez nous. Certes la formation prépare à la gestion d’entreprise pour une éventuelle reprise mais combien le font véritablement ?

Êtes-vous satisfait des actions effectuées par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat ?
BV : Oui tout à fait, cette première expérience a été un réel appui. La partie formalités administratives était assez obscure et je me suis retrouvé avec un contrat prêt. Il ne nous restait plus qu’à signer, les conditions étant mentionnées et remplies contractuellement.

Recherche


Tous les témoignages